PARLONS SCIENCES

La girafe emblème du Muséum

La girafe emblème du Muséum
Vivante, elle a attiré les foules et a fait couler beaucoup d'encre. Naturalisée, les toulousains ont pu continuer à contempler ce magnifique animal à petite tête et au long cou. La girafe veille aujourd'hui sur les lecteurs de la médiathèque Emile-Cartailhac.

CC by-sa Muséum de Toulouse.

 

 

Son histoire de vedette

Ramenée vivante d'Abyssinie, elle est arrivée à Toulouse en novembre 1843. Vedette d'une petite ménagerie itinérante, elle devait être âgée d'environ trois ans, d'après l'examen de sa denture et de son squelette. Elle meurt le 5 janvier 1844. Plusieurs hypothèses sont avancées sur sa mort. Ce qui est sûr, c'est qu'elle fut mangée par des familles toulousaines pour l'épiphanie (à lire le livre La girafe, référence en bas d'article).

 

Première étude complète

La dépouille fut acquise par la mairie de Toulouse, ce qui permit d'étudier la constitution de cet animal encore largement méconnu en Europe. S'il ne s'agit pas de la première girafe à avoir été disséquée, comme l'ont rapporté certains journaux de l'époque, aucune étude anatomique complète n'avait été jusque là menée. N. JOLY, professeur de zoologie à la Faculté des Sciences, et A. LAVOCAT, professeur d'anatomie à l'École Royale Vétérinaire, étudièrent l'animal. La dissection et les dessins demandèrent 20 jours de travail.

Planche anatomique "Splanchnologie de la girafe", extraite de la "Notice sur l'histoire, les mœurs et l'organisation de la girafe" par Nicolas Joly - 1844. N. Joly et A. Lovocat ©Museum de Toulouse. Illustration de Robert Hill

 

Sa première naturalisation

Henry Traverse au Muséum de ToulouseLa naturalisation fut confiée à l'un des plus célèbres taxidermistes toulousains du milieu du XIXe siècle : H. TRAVERSE. Comme l'on voulait conserver l'ensemble du squelette intact, il n'avait à sa disposition qu'une peau privée de toute partie solide, ce qui constituait une réelle difficulté pour un mammifère de cette taille et compte tenu des moyens techniques de l'époque.

Photo : Henry Traverse fut le premier artisan du montage de la girafe étudiée par Nicolas Joly et Achille Lavocat. CC by-sa Museum de Toulouse, Anonyme

 

 

 

Un des plus vieux spécimens naturalisés du Muséum

Tout naturellement, la girafe devint une des premières résidentes du Muséum, dès son ouverture en 1865. Elle fut exposée dans la grande galerie de zoologie au milieu des grands squelettes.
 

 


Photo : galerie d'ostéologie Edouard-Filhol CC by-sa Museum de Toulouse, Eugène Trutat

 

 

 

 

Une première restauration

Au début du XXe siècle, P. LACOMME, préparateur à la maison BONHENRY et artiste animalier exceptionnel, procéda à une restauration complète. La peau fut retraitée et remontée selon un procédé novateur qu'il avait mis au point pour le montage des gros sujets et qui permettait de rendre attitudes et mouvements avec un grand réalisme.
Une charpente en bois reprenant exactement le gabarit et les formes principales de l'animal était construite. Les alvéoles étaient ensuite garnis de liège aggloméré, dans lequel était sculptée la forme générale ainsi que les détails morphologiques. Enfin, la peau fut fixée sur ce mannequin.

photo d'archive, taxidermie girafe museum toulouse

photo d'archive taxidermie girafe museum toulouse

Photos : dans l'atelier de taxidermie, une charpente en bois constituée par P. Lacomme. Un mode d'accrochage en deux parties de corps facilite le repositionnement de la peau amincie au moins deux fois et donc très fragile. CC by-sa Museum de Toulouse, Eugène Trutat
 

Exposée dans la bibliothèque

Au cours des 10 ans de rénovation du Muséum, la girafe est restée sur place, protégée par une caisse en bois. En 2007, elle a été partiellement restaurée car la peau était fragilisée. De façon à conserver le caractère originel du spécimen, les restaurations se sont limitées aux opérations de nettoyage et à celles qui participent à sa solidité et sa pérennité.

La girafe est un emblème du nouveau Muséum, les visiteurs peuvent la voir, toujours au premier étage du Muséum, installée désormais dans la médiathèque Émile-Cartailhac.


girafe exposée dans la bibliothèque du museum de toulouse

Photo : ce symbole africain de la sagesse et de la science veille sur les lecteurs de la médiathèque Cartailhac. cc by-sa Muséum de Toulouse.

Petit tour du monde : les girafes dans les musées

panorama des girafes exposées dans les musées du monde

A découvrir quelques photos des girafes exposées dans les musées du monde prises en photograpgie par les internautes.

 


Giraffa camelopardalis
Giraffa camelopardalis : un terme qui réunit trois animaux : girafe (Giraffa), chameau (camelus) pour la démarche (tous deux marchent lentement et « à l'amble ») et léopard (pardus) pour la robe tachetée.
Sous-Ordre : Ruminants
Ordre : Artiodactyles
Classe : Mammifères
Origine : Éthiopie (anc. Abyssinie) – Naturalisée en 1844.
Sexe : femelle
Taille : 3,45 m de hauteur
Âge : environ 3 ans
Un des plus vieux spécimens naturalisés du Muséum.

>>>>> RETOUR AU SOMMAIRE PARLONS SCIENCES


Article rédigé par Maud Dahlem, Muséum de Toulouse.


couverture livre la girafe Livre : La girafe, un curieux mammifère venu d'Abyssinie
Coll. Les cahiers de la girafe*
Toulouse : Les Ed. du Museum, 2009
*Emblème du Muséum refondé, la girafe a donné son nom à une collection éditée par le Muséum.

Ce livre est vente à la boutique ou en lecture à la bibliothèque Carthailhac, Muséum d'histoire naturelle sous la cote 737.400 GIR.