PARLONS SCIENCES

Passé recomposé : interprétation de l'art rupestre

Passé recomposé : interprétation de l'art rupestre
En Afrique du Sud, bénéficiant de données ethnographiques de premier ordre et de la persistance des cultures indigènes, les chercheurs ont réalisé d'impressionnantes avancées dans l'interprétation de l'art rupestre. L'art rupestre serait le fait de chamanes, devins-guérisseurs ayant le pouvoir de rentrer en contact avec le monde des esprits pour agir sur le cours des choses.
Photographie de l'expo-dossier "Afrique du Sud, l'autre pays de la Préhistoire" du Muséum de Toulouse [novembre 2013- mars 2014] cc by-sa Christian Nitard. 

Les Sans et leur art

Bushmen SanLes Sans (Bushmen) sont les plus anciens habitants de l'Afrique australe. Cueilleurs-chasseurs nomades, ils ont servi de modèle ethnographique dans l'étude des sociétés européennes passées. L'art rupestre San est peuplé d'humains, d'animaux et d'êtres hybrides. Ceux derniers seraient alors des chamanes en cours de transformation dans le monde des esprits pour acquérir des pouvoirs et agir sur le cours des choses.
 
Photographie d'un chasseur San ©Michel-Tonnelli

 

 

Limites du modèle ?

Explication du Professeur Francis Thackeray dans l'expo-dossier Afrique du Sud, l'autre pays de la Préhistoire

Les référentiels culturels des populations fossiles nous sont à jamais inconnus. Le comparatisme ethnographique demeure peut-être la seule possibilité pour tenter d'entrevoir le sens et l'usage des graphismes paléolithiques. La recherche de convergences interroge également sur les universaux de la pensée symbolique, de la spiritualité de l'humanité. Mais ces rapprochements établis à travers le temps et l'espace sont-ils pertinents ? 
 
Photographie de l'expo-dossier "Afrique du Sud, l'autre pays de la Préhistoire" du Muséum de Toulouse [novembre 2013- mars 2014] cc by-sa Christian Nitard. 

Interprétations de l'art rupestre

L'art rupestre serait le fait de chamanes, devins-guérisseurs ayant le pouvoir de rentrer en contact avec le monde des esprits pour agir sur le cours des choses. Les humains hybrides seraient alors des chamanes en cours de transformation dans le monde des esprits, transformation visant à acquérir le pouvoir supranaturel logé dans les animaux.
 
 
Zèbre gravé, la grotte Wonderwerk
 
Zèbre gravé de la grotte Wonderwerk
 
Cette gravure a été découverte en 1971, dans la grotte Wonderwerk, pendant les fouilles réalisées par Anne et Francis Thackeray avec Peter Beaumont. On aperçoit plusieurs fines lignes sur l'arrière du zèbre. Cela a été interprété par Francis Thackeray comme des blessures symboliques. Des traces d'ocre rouge ont également été retrouvées sur cette pierre. Cela pourrait représenter du sang. Le Prof.Thackeray suggère que ce rituel a été pratiqué avant la chasse pour en garantir son succès.
 
Grotte-zebre ©FrancisThackeray-WitsUniversity
 
 
La Dame Blanche de Brandberg, Namibie
Relevé dessiné par l'Abbé Henri Breuil
art rupestre Dame blanche
 
La Dame blanche est en fait la représentation d'un homme armé d'un arc et de flèches, et dont le corps est couvert d'un pigment blanc. Les nombreuses lignes rouges sur son corps pourraient représenter des scarifications. Dans le cadre de rites magiques, les chasseurs San se scarifiaient pour assurer le succès des prochaines chasses. Peut-être est-ce ce qui est dépeint ici sur ces corps.
 
Photographies (en haut : Dame-blanche ©OriginsCenterWitsUniversity), (en bas à gauche Antilope ©Jean-Loïc-Le-Quellec, en bas à droite Antilope ©RARIOrigins-Center-Wits-University).
 
 

Article mis en ligne le 29 novembre 2013.