Magies Sorcelleries pour aller plus loin

PROCHAINEMENT
L'EXPOSITION
MAGIES-SORCELLERIES

Du surnaturel au Muséum de Toulouse ?
Entre réalité et illusion, la prochaine exposition entraine
le visiteur aux frontières des savoirs scientifiques et savoirs occultes.

// Découvrir l'exposition

PARLONS SCIENCES

Articles proposés par le Muséum de Toulouse

Titrage Sorcières : nom féminin plurielSorcières : nom féminin pluriel
par Isabel Nottaris, directrice adjointe du Muséum de Toulouse.

Discourir sur les magies c’est aussi interroger les représentations qui laissent émerger des questions sociétales et ancrent la magie dans le contemporain. Comme ces figures de sorcières qui réapparaissent dans nos sociétés occidentales. La discrimination et la diabolisation historique de la sorcellerie contribuent à lui donner un nouveau sens, davantage politique que magique ou thérapeutique. Les mouvements féministes, écologiques, écoféministes ou anarchistes récupèrent la figure du witch ou de la sorcière pour dénoncer les normes du patriarcat et du capitalisme.

Lire la suite

DEPUIS LE JARDIN BOTANIQUE EN LIGNE

Des articles autour des plantes magiques 

logo du Jardin botanique Henri-GaussenA l'occasion de la saison culturelle Magies-Sorcelleries, le Jardin botanique Henri-Gaussen (accessible depuis le Muséum) propose sur son site web des articles autour des plantes magiques. "On nommera ici plantes magiques celles qui, par leurs utilisations dans des rituels, des cérémonies ou autres pratiques traditionnelles, se sont vues attribuer des propriétés magiques, sacrées, voire surnaturelles. S’il s’agit le plus fréquemment de plantes toxiques, hallucinogènes ou psychotropes, leur potentiel magique doit être révélé par un maître de culte (chaman, sorcier, druide etc.) qui ritualise l'usage magique de ces plantes."

>>> Accédez aux articles plantes magiques du Jardin botanique 

VU AILLEURS - ON A SELECTIONNE POUR VOUS  

La rage du démon / Fabien Delage
Moyen métrage – Film documentaire - France – 2016 – 60 mn – A partir de 16 ans

affiche film Rage du démonUn mystère, des mystères…
En 2012, plusieurs professionnels du cinéma reçoivent une invitation d’un célèbre collectionneur américain, Edgar A. Wallace, pour assister à la projection d’un film rare datant de 1897 dont le titre ne leur sera révélé qu’une fois les lumières éteintes. Ce moyen-métrage attribué à Georges Méliès a été plusieurs fois projeté aux 19e et 20e siècles et une fois chaque diffusion terminée, mystérieusement, la copie du film disparaît presque aussitôt.  Systématiquement encore à chaque projection, une hystérie collective s’est déclenchée parmi les spectateurs de la salle.
Le documentaire de Fabien Delage, éponyme de l’oeuvre de Méliès « La rage du démon », mène l’enquête sur l’origine de ce film maudit qui a fait trembler le monde du cinéma.
A la croisée du documentaire et de la fiction, ce moyen-métrage se regarde comme un thriller captivant. Il surprend, intrigue, interroge, inquiète, sidère même. Un film qu’il faut écouter et regarder scrupuleusement pour comprendre à quel point son réalisateur s’est glissé dans la peau de Georges Méliès pour rendre un véritable hommage à son cinéma.
© Hippocampe Productions

 

Un docufiction – Danemark, Suède – 1922 – 97 mn – A partir de 16 ans

affiche du film HäxanHäxan : la sorcellerie à travers les âges / Benjamin Christensen

A partir de documents judiciaires des XIV, XV, XVI et XVIIe siècles, Benjamin Christensen a rélisé un essai proche du docufiction sur la sorcellerie à travers l’histoire, qui relate en sept tableaux, le sort réservé aux sorcières par l’Église.
La force de ce film réside dans sa singularité.
Au-delà du thème, plutôt rare pour l’époque, abordé dans ce film, il est très difficile de définir cette œuvre qui se révèle être incontestablement un pamphlet contre l’Église. Est-ce un documentaire d’inspiration scientifique (car réalisé à partir de sources historiques) ou une fiction à la riche imagerie fantastique ? Sans doute les deux à la fois. Et tout cela est très bien maîtrisé car, faut-il le rappeler, le cinéma au début des années 20, n’en est qu’à ses balbutiements, et que le premier film sonore n’apparaîtra qu’en 1927 avec « Le chanteur de jazz » d’Alan Crosland.

© EURODIS TELECINEX


Long métrage - Fiction - Royaume-Uni, France, Allemagne – 2017 – 93 mn – A partir de 16 ans
I am not a witch / Rungano Nyoni 

image du film I am not a witch
Dans un village zambien enclin aux superstitions, une petite fille de neuf ans, Shula, est contrainte de vivre dans le désert dans un camp de sorcières.
Prix du meilleur réalisateur, meilleur réalisateur d’un premier film aux British Independant Film Awards 2017, ainsi que Prix du meilleur premier film du Syndicat Français de la Critique du cinéma en 2018, Rungano Nyoni réussit le tour de force de livrer un film poétique aux accents surréalistes,  proche du conte qui vient véritablement contraster avec la violence de son sujet.
Les images épurées qui ont une telle puissance évocatrice et la bande-son qui semble si « silencieuse », permettent de mieux révéler ce portrait acerbe d’une certaine Afrique contemporaine qui dénonce l’emprise des hommes sur les femmes.

© Pyramide Films

 

DANS LES KIOSQUES 

La revue Sciences humaines a consacré le Grand Dossier n°60 à "Magies et Sorcelleries"