PARLONS SCIENCES

Un crocodile du Jurassique avec des dents de T. rex à Toulouse ?

Un crocodile du Jurassique avec des dents de T. rex à Toulouse ?
Laissez-moi me présenter... Vous pouvez m'appeler “Razana”, mais mon nom scientifique complet est Razanandrongobe sakalavae. Cela signifie “le lézard ancêtre géant de la région de Sakalava”. En fait, je viens de Madagascar et je suis âgé de...170 millions d'années.
 
 
Fig. 1 - Reconstruction des mâchoires de Razanandrongobe sakalavae, incluant les os originaux (en brun) et leurs copies controlatérales (en gris). Crédit: G. Bindellini & Museo di Storia Naturale di Milano.
 
  Je suis un crocodilomorphe mais, à la différence des crocos actuels, je suis un prédateur terrestre. J'ai été découvert et identifié comme nouvelle espèce par les paléontologues italiens Simone Maganuco, Cristiano Dal Sasso et Giovanni Pasini en 2006. A ce moment là, peu de restes de mon squelette était connu: quelques dents isolées et un fragment de maxillaire, étudiés au Muséum d'Histoire Naturelle de Milan. Mon identité est restée incertaine jusqu'en 2016. Les mêmes chercheurs et leur collègue français Guillaume Fleury, ont alors fait le rapprochement avec de nouveaux restes crâniens dont un pré-maxillaire droit et un dentaire gauche, conservés au Muséum d'Histoire Naturelle de Toulouse. Ceux-ci ont considérablement affiné la connaissance de mon anatomie crânienne.
 

Je ne suis pas un dinosaure, mais mes dents ressemblent à celles du T. rex

Voici ma carte d'identité. Mon crâne montre des caractéristiques typiquement crocodiliennes qui ne correspondent pas à l'anatomie des dinosaures théropodes:
 
1 – Les narines sont confluentes et débouchent à l'avant du museau (chez les théropodes, elles sont divisées et débouchent latéralement);
 
2 – l'extrémité de la mandibule est formée par quatre os solidement soudés, les dentaires et os spleniaux (chez les théropodes, la “symphyse mandibulaire” est plus fragile que chez les crocos, constituée seulement des dentaires);
 
3 – un épais palais osseux (cet os est beaucoup moins développé chez les théropodes);
 
4- mes dents et leurs alvéoles (ou se logent les racines) sont gonflées (étendues latéralement), une caractéristique complètement différente de ce qui est observé dans la plupart des théropodes qui eux portent des dents compressées latéralement en forme de poignard. Des dents en forme de banane comme les miennes, sont dites “dents pachydontes” et ne sont connues que chez le Tyrannosaurus rex!
 

J'ai été reconstruit...par une imprimante 3D!

La majeure partie de mes mâchoires fossilisées sont conservées ici à Toulouse, il s'agit d'un dentaire gauche et d'un pré-maxillaire droit. Ils proviennent de côtés opposés de la mâchoire supérieure et inférieure, ce qui était une entrave pour étudier leur alignement. Cependant, des techniques avancées ont aidé les paléontologues à résoudre le problème: en réalisant l'impression 3D de copies identiques aux os controlatéraux (miroir) à partir des données tomographiques, il a été possible de ré-articuler la mâchoire et reconstruire la partie antérieure de ma face. 
 
 
Fig. 2 – Reconstitution Paléoartistique de la tête de Razanandrongobe sakalavae. A la différence des crocodiliens actuels, ce prédateur terrestre avait un crâne plus haut que large. Crédit: Fabio Manucci.
 
Comme vous pouvez le constater, mon crâne est plus haut que large, assez différent du crâne aplati des crocodiles et alligators actuels. En réalité, il est comparable à celui de certains de mes cousins du Crétacé d'Amérique du Sud, comme les baurusuchidés, qui étaient des prédateurs terrestres spécialisés. Aucun autre os de mon squelette n'est connu, mais les similarités du crâne suggèrent que j’étais très grand: un prédateur terrestre de 7 mètres de long, je marchais sur terre érigé sur mes pattes et non dans l'eau.
 

Mon régime alimentaire? Je suis un broyeur d'os

Les crocodiles vivants aujourd’hui ont des dents coniques et espacées. Les miennes, comme celles du Tyrannosaurus rex, ne sont pas seulement “pachydontes”, mais aussi crénelées avec des denticules régulièrement espacés et remarquablement grands: plus d'un millimètre chacun! En effet, mes denticules sont même plus grands que les plus grands denticules de T. rex et autres grands théropodes.
Savez-vous à quoi servaient-elles ? Et bien, je suis un chasseur actif, aussi bien qu'un nécrophage. En fait, avec mes mâchoires massives, actionnées par de puissants muscles et mes robustes dents crénelées en forme de crocs, je peux couper la chair et même broyer les os et tendons! Les paléontologues qui m'ont étudié ont remarqué que la pointe de mes dents était usée et l'émail écaillé, l'abrasion par de la nourriture dure produit ce résultat. De plus, la partie antérieure de ma mandibule, porte des dents en forme d'incisives très proches de celles de tyrannosaures, que j'utilise afin de racler la viande sur les os.
 
 
 
 
 
Fig. 3 – Unique a R. sakalavae, ses dents sont « pachydontes » (gonflées) avec des denticules plus grands que ceux du T. rex. Credit: Michele Zilioli. 
 

A Madagascar, je suis le plus grand prédateur du Jurassique

 
Fig. 4 – Reconstitution Paléoartistique de Razanandrongobe sakalavae en train de se nourrir d'une carcasse de dinosaure durant le Jurassique moyen à Madagascar. Credit: Fabio Manucci.
 
Comme je vous l'ai dit, mon nom est Razanandrongobe sakalavae et je suis un Notosuchien du Jurassique. Le groupe des Notosuchia (du Grec “Crocodiles du Sud”) est un sous-ordre de crocodylomorphes du Gondwana qui était connu seulement dans des dépôts d'âge Crétacé. Donc, je représente une découverte importante: je suis le plus ancien représentant de mon groupe, je précède mes descendants de 42 millions d'années!
Mon crâne de grande dimension et ma taille corporelle importante, associés aux adaptations alimentaires particulières montrées par mes dents de T. rex revèle que je suis très puissant: je peux entrer en compétition avec les carnivores de mon temps. Je suis le plus grand carnivore terrestre du Jurassique moyen de Madagascar et un des plus important prédateur de l'île.
 
 
 

Pour aller plus loin :

// Lire le compte rendu scientifique rédigé par Guillaume Fleury, Cristiano Dal Sasso et Simone Maganuco
// Consulter la revue de presse des articles parus
// Consulter/ Télécharger la bibliographie "Razana, T-Rex et autres dernières découvertes en paleontologie..."


Article rédigé par Cristiano Dal Sasso & Simone Maganuco, Muséum d'Histoire Naturelle de Milan, Section Paléontologie des Vertébrés.
Mis en ligne le 9 juillet 2018


<< RETOUR au SOMMAIRE DE PARLONS SCIENCES