Magies Sorcelleries pour aller plus loin

L'EXPOSITION
MAGIES-SORCELLERIES

Du surnaturel au Muséum de Toulouse ?
Entre réalité et illusion, la prochaine exposition entraine
le visiteur aux frontières des savoirs scientifiques et savoirs occultes.

// Découvrir l'exposition

PARLONS SCIENCES

Articles proposés par le Muséum de Toulouse

Titrage Sorcières : nom féminin plurielSorcières : nom féminin pluriel
par Isabel Nottaris, directrice adjointe du Muséum de Toulouse.

Discourir sur les magies c’est aussi interroger les représentations qui laissent émerger des questions sociétales et ancrent la magie dans le contemporain. Comme ces figures de sorcières qui réapparaissent dans nos sociétés occidentales. La discrimination et la diabolisation historique de la sorcellerie contribuent à lui donner un nouveau sens, davantage politique que magique ou thérapeutique. Les mouvements féministes, écologiques, écoféministes ou anarchistes récupèrent la figure du witch ou de la sorcière pour dénoncer les normes du patriarcat et du capitalisme.

Lire la suite

DEPUIS LE JARDIN BOTANIQUE EN LIGNE

Des articles autour des plantes magiques 

logo du Jardin botanique Henri-GaussenA l'occasion de la saison culturelle Magies-Sorcelleries, le Jardin botanique Henri-Gaussen (accessible depuis le Muséum) propose sur son site web des articles autour des plantes magiques. "On nommera ici plantes magiques celles qui, par leurs utilisations dans des rituels, des cérémonies ou autres pratiques traditionnelles, se sont vues attribuer des propriétés magiques, sacrées, voire surnaturelles. S’il s’agit le plus fréquemment de plantes toxiques, hallucinogènes ou psychotropes, leur potentiel magique doit être révélé par un maître de culte (chaman, sorcier, druide etc.) qui ritualise l'usage magique de ces plantes."

>>> Accédez aux articles plantes magiques du Jardin botanique 

ON A SELECTIONNE POUR VOUS  

LIVRES A RETROUVER EN MEDIATHEQUE AU MUSEUM

Sorcellerie, Pouvoirs écrits & représentations

Textes réunis par Abel Kouvouama, Gisèle Prignitz et Hervé Maupeu - Presses Universitaires de Pau et des pays de l’Adour - 2018

A retrouver à la médiathèque du Muséum sous la côte C 7611

couverture du livre Sorcellerie, pouvoirs écrits & représentationsLa sorcellerie est interdisciplinaire que ce soit par ses rapports à l’écrit, aux représentations artistiques, idéologiques et politiques et devient véritable objet d’étude dans le champ des sciences sociales et humaines. 

Si la sorcellerie a longtemps était associée au monde rural et à l’oralité, depuis une trentaine d’année, ce n’est plus guère le cas. Que ce soit en Europe, en Afrique et en Amérique, les études sur la sorcellerie se sont multipliées dans les secteurs de la modernité des villes et sa diffusion par l’écrit s’est développée. Cette tendance changerait-elle la relation sorcellaire en permettant un élargissement de l’audience ? Comment la sorcellerie est-elle appréhendée par les arts ? Comment est-elle devenue un enjeu de pouvoir et de puissance en tant que mode d’actualisation des conflits réels et symboliques ?
Les travaux rassemblés dans cette étude sont le fruit d’un travail collectif issu du séminaire international organisé en 2009 et réalisé par des chercheurs et enseignants-chercheurs du Centre de Recherche et d’Étude des Pays de l’Afrique Orientale (CREPAO), du Centre de Recherches Poétiques et d’Histoire Littéraire et Linguistiques (CRPHLL), du Laboratoire « Identités, Territoire, Expressions, Mobilités » (ITEM), du Groupe de Recherche sur les Arts du Langage de Pau de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et du Réseau International des Acteurs émergents (RIAE) de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH) de Paris. 
Ces travaux prennent en compte les dimensions historique, juridique, littéraire et politique dans l’étude de la sorcellerie avec une mise en résonance scientifique autour de trois axes structurants : les rapports entre histoire et sorcellerie, les liens entre littérature et sorcellerie et enfin les rapports entre politique et sorcellerie. 
Ces contributions abordent la complexité de la question sorcellaire qui est à la fois de l’ordre des croyances, des représentations, du discours et des pratiques sociales et symboliques. 
Quels regards, les sciences de la nature peuvent-elles porter sur cet objet de recherche paradoxal ? 

 

Le musée des sorcières

Catherine Clément - Albin Michel, 2020

A retrouver à la médiathèque du Muséum sous la côte 656.700 CLE

Couverture du LIVRE Le musée des sorcièresCatherine Clément, romancière et philosophe, propose un essai et une réflexion sur l’histoire des sorcières en Europe du XVe au XXIe siècle. Elle dresse un portrait de celles qui ont connu la chasse aux sorcières, véritable crime contre l’humanité lancé par la diffusion du traité de démonologie, le Marteau des Sorcières, qui a profondément fixé le dogme chrétien. 
Ce traité des deux inquisiteurs dominicains Institoris et Sprenger publié à Strasbourg en 1486, véhicule les idées misogynes selon lesquelles une femme qui pense seule pense mal, que son regard est une véritable substance qui diffuse du poison, que les déesses du paganisme sont très actives à l’intérieur de son corps… De gigantesques procès de sorcellerie menant à la torture et aux bûchers deviennent la défense de la foi catholique contre ses femmes qui infectent l’humanité. 

Une véritable persécution renforcée par des missions judiciaires se répandent dans toute l’Europe au XVIIe siècle.  Des femmes de pêcheurs du Labourd qui selon Pierre de Lancre, auteur du Tableau de l’inconstance des mauvais anges et démons en 1612, vont au sabbat et dansent la sarabande les cheveux détachés à des cas plus particuliers comme celui du modèle de toutes les possédées Nicole Obry, éprise de convulsions et de contorsions, sont autant d’exemples de dénonciation de femmes portant les fameuses marques du diable. Face à ce déchaînement, des exorcismes publics sont mis en place. Lors de ces cérémonies, la présence d’un médecin est souvent de rigueur pour affirmer que le démon n’a rien de diabolique... Le malaise des possessions démoniaques serait en réalité une maladie comme le démontrera au XIXe siècle le professeur Charcot, neurologue à la Pitié Salpêtrière, en parlant d’hystéromanie ou de grande hystérie. 

Le XIXe siècle voit également la femme possédée se transformer en prophétesse visionnaire et de nombreuses visites de la Vierge se multiplient comme en témoignent l’apparition de la vierge miraculeuse à Catherine Labouré ou encore à Bernadette Soubirous… L’impure sorcière commence sa rédemption. 

Qu’en est-il aujourd’hui de la survie des sorcières au XXIe siècle ? Guérisseuses, démonologues des temps modernes, issues de la tendance féministe ou encore partisanes de la Wicca (chamanisme,  druidisme ou retour au paganisme celtique ou gréco-latin), ces sorcières des nouveaux temps, toujours hors cadre, semblent inestimables en termes de renouvellement des champs symboliques. 

FILMS VU AILLEURS

La voie du chat / Myriam Tonelotto
(Long métrage – Documentaire– France, Allemagne – 2009 – 1 h 30 min)

Image du film d'animation La voie du chat

©️ La Bascule-ZDF-Arte 


Comment parler de magie, de sorcellerie sans aborder le thème du chat ? Ce petit félin si discret, solitaire, empathique, indépendant, mystérieux qui nous fascine.
« La voie du chat » est un programme très original dans sa forme. Même si les premières images laissent penser à un film d’animation, il n’en est rien. Ce film est bel et bien un documentaire sur la relation que les chats entretiennent avec les hommes depuis les années 50.
Au travers d’interviews, d’archives, de prises de vue réelles et de dessins animés, c’est à un voyage dans le temps et dans le monde que ce film nous convie. Du suicide des chats de la baie de Minamata au Japon dans les années 50 aux chats cheminots en Écosse, en passant par l’hôtel où l’on peut séjourner avec des chats, l’acupuncture qui leur est dédiée ou encore l’anthropomorphisation excessive dont ils font l’objet, ces images attestent d’une relation forte, féconde et unique que les deux ont tissée au fil du temps.
Au-delà d’un historique à proprement parler de nos liens respectifs, ce documentaire s’apparente plus à un conte philosophique qui semble dénoncer, au travers de notre relation aux chats, une société qui se déshumanise peu à peu.

Retrouvez ce film à la Bibliothèque Cartailhac. Cote : E 835

>>> Accédez à la filmographie Magies - Sorcelleries